S'identifier
Votre identifiant Mot de passe
Créer un compte   |    Mot de passe oublié ?

L'édito de Jean-Denis Errard

Quels risques, quels choix en 2019?

Tout semble trop cher aujourd’hui ! La Bourse est à des niveaux records. La capitalisation des quatre GAFA est plus de 10 fois supérieure à celle d’avant crise de 2008. L’immobilier aussi apparaît cher. Les grandes métropoles internationales comme Paris ont vu leur cote fortement augmenter ces dernières années tant sur le segment résidentiel que professionnel. Quant aux ratios de valorisation dans le domaine du private equity, un secteur très recherché par les investisseurs, ils ont atteint des niveaux élevés. Le marché de l’art bat record sur record, les œuvres contemporaines suscitant d’invraisemblables enchères. Le marché de la dette est également sous pression. Bref, aucun domaine d’investissement ne semble bon marché.

Et on se dit, 10 ans après la crise de 2008 et la faillite de l’emblématique banque d’affaire Lehman Brothers: est-on à l’abri d’un nouveau choc ? Où est-ce le mieux de placer l’argent ? Le « sans risque » ne l’est plus, ne serait-ce qu’en termes de rémunération. Et l’appétit pour le risque de la part des grands investisseurs suscite des interrogations croissantes du fait d’une possible réappréciation des primes de risque.

Dans le même temps le crédit quasi gratuit coule à flots. Au niveau mondial la dette publique et privée représentait les deux tiers du PIB en 2001, 116% en 2007 et… 225% aujourd’hui selon le FMI. En France le Haut Conseil de Stabilité Financière, en charge de suivre auprès du ministre de l’Economie l’évolution des risques et vulnérabilités potentielles susceptibles d’affecter le secteur financier français, « considère que le niveau des risques pour les ménages et les établissements de crédit nécessite de maintenir une vigilance renforcée ». Ce contexte nouveau sera au cœur de nos débats, l’épicentre de nos réflexions entre professionnels et des conseils d’allocation d’actifs qui s’imposent. Parlons-en ensemble, sereinement et franchement.

Jean-Denis Errard
Rédacteur en chef de Gestion de Fortune